Partagez | 
 

 Lavon Auguste Boudreaux ; votre maire pour vous servir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

HERE YOU ARE SPEAKING TO
YOU MAY STAY REVERENT !


⤷ Messages : 64
⤷ Date d'inscription : 25/08/2012

Carte d'Identité
Métier: Maire
Adresse: Lakeview

MessageSujet: Lavon Auguste Boudreaux ; votre maire pour vous servir   Mar 28 Aoû - 8:12



Lavon A. Boudreaux
Lavon est né le 7 Mai 1943 à La Nouvelle-Orléans, Louisiane ; il a donc 69 ans ; Il est Maire de la ville ; Marié, il a deux enfants (une fille et un garçon); Il habite Lakeview avec sa femme ; Enfin, il fait parti du groupe Nola you're my home
Qualités & Défauts


Histoire

- Bonjour Monsieur Le Maire, merci de faire l'honneur au Times Picayune de cette interview.

- C'est un plaisir.

- Commençons, voulez-vous? Tout le monde vous connait depuis le temps que vous êtes à la gérance de notre magnifique ville, mais parlez-nous un peu de vous...

- Que dire... Je viens du quartier de Tremé, j'y suis né dans une petite maison bleue. J'étais le 4ème enfant de la tribu. Ma mère avait déjà accouché de trois filles avant moi, au plus grand désespoir de mon père. Vous imaginez sa joie d'avoir un fils. Dès le début, ils ont eu des grandes ambitions pour moi. Ma mère me voyait médecin, mon père avocat.

- Vous n'avez été ni l'un ni l'autre.

- Non, je n'étais pas fait pour ça. Petit, j'étais fou de musique. Je me voyais sur scène avec Ray Charles (rires). Je voulais devenir saxophoniste. Mais il arrive un moment où l'on ne peut plus vivre de sa seule passion. J’ai donc fait des études… je vous avouerais que je n’étais pas très doué sur les bancs de l’école, j’étais plutôt le pitre de service, toujours à faire des blagues, des bêtises dans la cours de récréation.

- Vos professeurs devaient s’arracher les cheveux avec vous, Monsieur Le Maire !

- Mes profs et mes parents, oui. Mais j’ai eu tous mes diplômes, il fallait juste être un peu patient avec moi. Je l’ai toujours été, je ne me faisais jamais de soucis.

- Vous êtes l’esprit même de La Nouvelle-Orléans : Take it easy in the Big Easy.

- (rires) C’est exactement ça !

- Comment vous êtes vous retrouvé à la course pour le City Hall ?

- Ca n’a pas été une décision facile. J’ai toujours été très idéaliste. Quand j’écoutais les politiciens à la radio ou la télévision, je pouvais m’écrier seul devant mon post « Mais non espèce de blanc-bec ! Si tu connaissais La Nouvelle-Orléans comme moi je la connais, tu ne prendrais pas de telles décisions. » Je suis parfois réellement sorti de mes gonds en entendant autant d’idioties. Je rêvais d’un maire, de quelqu’un d’important qui savait ce que les habitants de la ville souhaitaient réellement. Puis avec une épouse comme la mienne, quand vous êtes dans les moments de doutes où je me suis trouvé, nous n'avez d'autre choix que de vous relever et de continuer d'avancer.

- (rires) Adelaide Boudreaux est une grande dame. Elle est respectée de tous pour son travail et son volontariat auprès des Nouveaux Orléanais.

- C'est une femme forte, bornée mais tellement intelligente. Je suis vraiment chanceux et ce depuis 50 ans.

- Pensez-vous être le reflet de la population ?

- Non, d’une forte partie mais pas l’entière population. Des gens seront d’accord avec mes idées, d’autres non. C’est de mon devoir d’essayer de contenter tout le monde. Mais l’être humaine n’est-il pas un grand insatisfait ?

- Si (rires). Vous n’étiez pas encore à la tête de la ville durant Katrina. Le Maire républicain de l’époque a démissionné un an plus tard et vous avez été élu après. Que représente cette période pour vous ? Je veux dire Katrina et votre élection…

- Katrina… Le plus grand malheur qui ce soit abattu sur notre ville. Un complot de l’Univers contre les états du Golfe du Mexique. Cette période a été la plus éprouvante pour la population de Louisiane. Et il faut dire ce qu’il en est, nous avons été traités comme des moins que rien, que de la sous population, comme si nous étions insignifiants à l’échelle américaine. Personne ne s’est soucié de nous, de l’état de nos maisons, de nos rues, des morts qu’on trouvait encore six mois après l’ouragan, des prisonniers perdus aux quatre coins du pays… Mais année après année, La Nouvelle-Orléans s’est ressoudée, elle s’est reconstruite. Certes, il y a encore des cicatrices, mais elle a su remonter la pente grâce à notre obstination, notre volonté, notre authenticité. Nous n’avons pas perdu notre identité. Aucun ouragan ou phénomène naturel ne pourra nous enlever ça. Etiez-vous à la Nouvelle-Orléans, il y a sept ans ?

- Oui.

- Et vous n’êtes pas parti ? Vous êtes revenu, vous êtes resté.

- Oui, je suis du Kentucky, mais je suis arrivé là il y a dix ans et pour rien au monde, je ne partirais d’ici.

- Vous êtes tombé amoureux de la ville Croissant. Comme beaucoup de gens qui la visitent.

- Qui peut lui résister ?

- Personne, mon ami. Rien, ni personne. Là est tout l’esprit de La Nouvelle-Orléans.


Et toi, Qui est tu?
⤷ Les gens m'appellent Pseudo ; J'ai X ans ; Je viens de Quelque Part ; Je trouve ONO qualité/défaut ; Je viendrais à une fréquence de X/7 jours ; Le code est écrire ici ; Et je ne dirais qu'une chose dernier mot



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://onlyinneworleans.forumactif.org
 

Lavon Auguste Boudreaux ; votre maire pour vous servir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» un article pour vous MESDAMES !!!
» juste pour vous dire...
» micro entrepreneur : 7500€ à gagner pour vous développer
» Besoin de votre aide pour ouvrir un magasin
» #TMCweb3 : #Amiens : Retrouvez toutes les #actualités sélectionnées ici pour vous dans votre région !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ONLY IN NEW ORLEANS :: 
New Orleans City Hall
 :: Registre de la ville :: Présentations Acceptées
-